Infos pratiques

 

 

 

 

<surtitre> Football. Le FC Quimperlé en 32ème finale. Gwénaël Pothier (5/5)
<titre> La marelle de la vie
Jeudi 2 janvier. Existe-il un déterminisme à la naissance? Nos passions d'enfant peuvent-elles influencer une vie d'adulte? Est-on marqué par un héritage familial qui guide nos choix? Au FC Quimperlé, deux syllabes suffisent à marquer un repère immédiat au stade Jean-Charter. La troisième est bien souvent gardé pour l'état civil. Prononcer Gwéna à Quimperlé est la certitude d'être compris instantanément, par une multitude de personnes, qui s'intéressent de près à l'actualité sportive. Ayant pris sa première licence, à l'âge de huit ans au FC Quimperlé, Gwénaël Pothier, 46 ans, a grandi, avec ce club, jusqu'à exercer depuis 10 ans, la plus haute responsabilité au poste de président.

Employer le mot marelle me semble être un choix intelligent sur la destinée de Gwéna Pothier, au FC Quimperlé. Ce jeu d'enfant des cours primaires, est un bon résumé d'une vie personnelle, professionnelle ou associative, qui se veut être un avancement case par case, fonction après fonction. Fondé en 1968, soit un an après la naissance de Gwénaël Pothier, à Quimperlé, ce club a toujours suivi en parallèle le destin familial. Son oncle a été un des grands dirigeants, au club. Ancré au FC Quimperlé, Gwéna a connu sept vies, à l'intérieur du club. Sept parcours, tel un lion qui bondit de case en case, par passion et par dévouement pour son club de toujours, le FCQ.

Jouer à l'école de football, en jeune, en senior C, arbitre pendant 15 ans, trésorier durant un septennat puis président depuis une décade, l'homme a gravi la pyramide associative de la base à son sommet. Il connaît tous les rouages, sait prendre de la hauteur pour amorcer un virage, établir un recul nécessaire pour analyser une situation de fonds. Peu de personnes dans la vie active sont capables de se focaliser sur la grande vague au milieu de vaguelettes, sans importance, mais qui prennent pour beaucoup, une affaire gigantesque en temps et en énergie.

L'homme, à moitié Breton par son père et Basque, par sa mère est franc, attachant, pudique, généreux, ouvert sur les autres, sincère et dévoué. Il ne se dévoilera que par instance, des bribes qui sont autant d'indices d'une bonne relation commune avec son ou ses interlocuteur(s) direct(s). Sans doute, sa qualité première est d'être à l'écoute de l'autre. Aujourd'hui, certains ne s'aperçoivent même pas qu'ils sont dans un monologue gestuel et verbal continu, laissant l'autre dans son naufrage de pensée. Or, Gwénaël Pothier perçoit de suite ses sensations-là en écourtant ses premières réponses, pour instaurer un dialogue de confiance. C'est une vraie marque d'intelligence, en plus d'être une autre de grande estime pour l'autre. Après une heure et demie, on se demande même comment on résisterait à une avalanche de coup de fils au quotidien? Le téléphone n'arrêta pas de sonner, mais il préférait donner de l'importance au dialogue visuel et non auditif.

" La journée des débutants est un pur bonheur!"

Son énergie est débordante. Il s'investit avec passion, pour faire avancer son club de coeur, le FC Quimperlé. Il met presque les autres plus en avant que lui-même, toujours par pudeur, loyauté et franchise. Joseph " Zeff" Dahou, Jo Forner, à la buvette, Jean-Pierre Daniel, Jo Guillou, Daniel Le Moigne, André Julloux, Francis Le Roch, inusable secrétaire du club, à 84 ans, le FC Quimperlé est un puzzle de femmes et hommes qui ont les mêmes valeurs de vie. Quelque soit le titre changeant saison par saison, les pièces nominatives, joueurs, encadrants ou dirigeants, celui-ci s'emboîte à la perfection car l'esprit est une donnée non négociable de ce package bigarré, colorée et passionnel.

" Même si je me grise de l'instant, je dois toujours avoir du recul car un club est fait de cycles montants ou descendants. Nous faisons au mieux, en étant à fond, tout le temps. Nous avons des bénévoles indispensables, essentiels, à la vie d'un club. Tout le monde est focalisé sur l'équipe 1ère, qui est notre vitrine. Mais je suis autant concerné par la B, qui souffre en DSR, tout comme mes U15 en PH, qui ne sont pas bien en PH. Le club est un orchestre de solidarité interne. Chaque membre de l'école de football au capitaine de la première présente une importance. On veut qu'il se sente le plus à l'aise possible au FCQ. Notre journée des débutants, lancée en 2009/2010, est aujourd'hui le plus gros rassemblement pour le football, à cet âge-là dans le Sud-Finistère. Ce jour-là est un moment de pur bonheur!".

En parlant des petits de l'école de football et des jeunes au club, il n'oublie jamais de se revoir à leur âge. Viscéralement attaché au football et à son côté populaire, il en gardait une lutte incessante de progression personnelle, à travers un collectif. " J'ai toujours été attiré par ce sport. J'ai trouvé un équilibre. Quand j'étais jeune, je ne ratais jamais un entraînement. Ca aurait vécu comme un drame intérieur. J'avoue que j'ai du mal à entendre que certains jeunes estiment que c'est une corvée d'aller à l'entraînement. Ca me blesse, même pour l'éducateur qui a préparé sa séance. Je trouvais ça génial, un entraînement! Ca te libèrait, tu oubliais tous les soucis de ta journée, à l'école ou au travail grâce à l'effort physique. Je n'ai jamais été un joueur de bon niveau. On va dire que j'étais un haut joueur de district avec la C, un pur gaucher".

Quimperlé, une vraie ville sportive

L'envie de servir le club, et de grandir avec lui est très prégnant dans sa carrière d'arbitre du district, quinze ans à écumer les pelouses du département, qui l'ont changé à jamais. " L'arbitrage est une grande famille où l'épanouissement y est grand, en cas de persévérance. J'ai arbitré 15 ans pour le club, en haut niveau district. Ca m'a apporté une confiance, savoir mener un match pour que tout se passe bien sur le terrain. J'en ai retiré beaucoup de satisfactions et compris beaucoup de choses car le match de football est également un révélateur d'un caractère et de personnalité pour un joueur".

Fan de l'Athletic Bilbao ( un de mes plus grands souvenirs, San Mamès en 1983/1984, un match face au FC Barcelone de Maradona), il présente un caractère solide, qui est doublement affirmé par des origines bretonnes et basques. "Je suis quelqu'un de fier, qui a la gniac en permanence. La base dans la vie est la volonté dans la simplicité et l'humilité des rapports au quotidien. Il faut être fier de ses idées et les défendre quand elles sont menacées, voir bafouées. J'ai la réputation au club de vouloir tout contrôler. Je n'étais pas comme ça au départ, de la présidence. C'est avec l'expérience, que j'ai déplacé le curseur".

Tirant son énergie des autres, Gwéna Pothier a besoin d'être proche du terrain, de s'imprégner de l'ambiance. Face à Ajaccio, il se prépare à être débordé de sollicitations logistiques, médiatiques, protocolaires... Il veut juste une chose, être avec les joueurs pour vivre en commun ce moment unique. " Je les laisserais rentrer dans leur match mais je serais avec eux 1h30 avant le match. Après, cette rencontre sera à eux! Ca sera leur moment de concentration intérieure. Quimperlé a la réputation de ne pas être une ville de sport. C'est faux à mon sens. Il y'a vraiment un gros potentiel, dans le sport à Quimperlé. Pas seulement dans le football, mes collègues présidents au basket, au handball, au badminton, au tennis sont des personnes admirables. Nous ne demandions rien, juste à être aidé dans nos démarches en faveur de la jeunesse. Par exemple, sur Quimperlé, nos petits de l'école de football ne peuvent même pas jouer au football, bien souvent, faute d'un terrain en bon état, du 1er décembre au 1er février. Je le vis comme un drame ajouté à une colère intérieure".

Passionné, obstiné, sincère, dans une simplicité et une humilité jamais prises à défaut, telle est la marque de fabrique de Gwéna Pothier au FC Quimperlé. Tous ses proches lui sont reconnaissants de s'investir autant, dans un but désintéressé. Par amour pour les gens, par amour pour un club, par amour pour une ville.

Christophe Marchand

Légende: Au côté du président de Vignoc, Pierrick Jan, Gwénaël Pothier a grandi avec le club du FC Quimperlé. Président depuis 2002/2003, il attaque sa 10ème année d'exercice, couronnée par une qualification historique pour les 32ème finale de la coupe de France.

 

 

Vous Ítes ici:  >> ACTUS  >> Infos pratiques