Secteur du Cap Sizun

Nicolas Magnaux. Ploz'Ever!

   
  Football. PH. La Plozévetienne.  
Mardi 24 septembre. Auteur d'un doublé face à l'AS Plomelin (5-0, 11', 13'), Nicolas Magnaux, 23 ans, est le buteur de la Ploz', régulier à 20/25 buts par saison. Pour toute équipe, le buteur est une pièce importante sur l'échiquier collectif. A l'instar du gardien, il garantit une besace appréciable de points au club, qui possède deux joueurs fiables et réguliers à ces postes-clés dans le football. Avec Nicolas Magnaux, Plozevet a touché le gros lot. Ses principaux pourvoyeurs en ballons, Pascal Piscitelli et Loïc Lemoine en savent quelque chose. Portrait d'un joueur formé et fidèle à son club de toujours depuis ses 6 ans.

Les choix fait innocemment dans l'enfance peuvent marqués nos premières décennies de notre vie. Et même beaucoup plus, parfois! La première licence de football, les premiers pas sur un stade, le premier entraînement sont comme un fil d'Ariane, qui nous lie à nos souvenirs et qui nous aide à grandir dans notre vie. Pour Nicolas Magnaux, la pratique du football s'est fait sur un heureux concours de circonstances, à six ans. " Personne dans ma famille n'aime le football. J'ai suivi mon meilleur ami à 6 ans dans le club de Plozevet. Le comble est qu'il a arrêté deux ans après. 17 ans après, je suis toujours dans le même club Et la passion de ce sport ne m'a plus quitté. J'ai toujours joué devant. Dès mes 16 ans, j'ai été intégré à l'équipe première. Ce club, c'est très spécial! Il y'a une telle ferveur. Pour une commune de 3.000 habitants, on réussit la performance depuis quelques années d'avoir quatre équipes en senior. Nous formons vraiment un groupe, pas que des équipes A,B,C,D. Presque tous les joueurs inscrits sur la feuille en première assistent au match de la réserve en lever de rideau, à domicile".

Ce "spitzer" Bigouden pique au premier ou second poteau. Sa vitesse,ses appels de balle, son jeu de tête font le bonheur de ses partenaires, qui peuvent jouer indifféremment long ou court sur leur transmission de passes. Régulièrement convoité par un panel de club important sur chaque fin de saison, il se sent bien à Plozévet même s'il n'exclut pas un jour d'aller voir plus haut. " J'ai toujours vu le football comme un amusement. Surtout à notre niveau. Je suis dégoûté du football professionnel. Et je déplore que ces dérives touchent le milieu amateur. Je connais tout le monde au club. La ferveur est telle que chaque dimanche, nous sommes vraiment poussés par un super public. Le football est une passion. Ca a été même un crève-coeur de le mettre en stand-by à 19 ans quand je passais mon permis poids lourd sur six mois".

Contrôle, remise, appel

Avec l'objectif se maintenir en PH, la Ploz' parait bien armé pour jouer un bon rôle dans son championnat. Toujours à l'aise pour contrer son adversaire, quand il s'attend le moins, Plozevet peut compter sur Nicolas Magnaux pour concrétiser ce travail collectif, même s'il avoue des faiblesses dans son jeu. " Je me dois de progresser techniquement. Je suis encore trop brouillon dans ce domaine. Ca ne fait que deux ans avec le coach Olivier Priol que j'ai varié mon jeu. Il m'a fait comprendre l'importance du contrôle, remise, appel en profondeur. Encore aujourd'hui, je m'efforce de le travailler sur chaque séance ou à chaque match. Plozevet, c'est vraiment un très bon club, avec une grosse ambiance".

Face au but, Nicolas Magnaux n'hiberne jamais plus de deux ou trois matchs. Ces adversaires, portent régulièrement un oeil acéré sur ce joueur. Mais comme tout buteur, il lui suffit de quelques secondes pour mettre en ruine toute cette énergie et cette concentration de ces gardes du corps adverses. Tel un aigle, qui fond sur sa proie nommé filet.  
 
  A 23 ans, l'avant-centre de la Plozévétienne en est à sa 17ème licence dans ce club. Une longévité formidable à son club formateur.  

 

Le Cap tient la distance

   
  Football. Sélection du Cap Sizun au mondial pupilles 
  Une première rencontre menée tambour battant face à Dirinon (3-0, avec des buts de Gauthier Briant, Jérémy Gloaguen, et Quentin Seban), une résistance acharnée face à Guingamp, le sélection du Cap Sizun 2013 au mondial pupilles aura été un bon crû. Elle aura eu la malchance sur le moment et la grande chance avec du recul de tomber sur l'une des poules la plus relevée de la compétition avec le FC Lorient, le Maccabi Haïfa, Guingamp, la sélection du Parana (Brésil), Perpignan, et une redoutable équipe de Jersey.

" Le plateau était relevé. Chaque équipe était de qualité. Nous sommes contents de notre tournoi. Les jeunes ont fait preuve de qualité et d'esprit d'équipe. On est fier de leur comportement dans ce mondial pupilles. Notre meilleur match a été dans l'envie face à Guingamp (0-2). On peut exprimer des regrets d'avoir perdu à trente secondes de la fin face aux Canadiens d'Ottawa", relève Anthony Bréhonnet, coach de l'équipe Capiste avec Erwan Hascoët, Jacques Velly et Dominique Colin.

Avant-dernier de sa poule, la sélection du Cap Sizun, avec des jeunes de l'AS PLouhinec, du FC Goyen, du FC Penn Ar Bed et de Beuzec aura fait honneur à leur maillot, au stade de Primelin.

LE GROUPE : En haut : Jacques Velly (entraîneur), Per Yann Lapart, Bastien Bourdon, Jérémy Gloaguen, Alan Perhirin, Davy Moan Quentin Sebban, Jonathan Le Coz, Gauthier Briand, Erwan Hascoët (entraîneur). En bas : Dominique Colin (entraîneur), Teddy Jamin, Ludovic Yven, Envel Souidi, Kevin Saouzanet, Stéphane Marin Bigot-Yven, Yann Vaslon, Maxime Bloc'h, Baptiste Rivier, Anthony Bréhonnet (entraîneur).  
 
  Les jeunes du Cap Sizun seront tombés dans l'une des poules les plus relevées de ce mondial Pupilles 2013.
 
 

 

Vous Ítes ici:  >> Foot  >> CAP SIZUN